ACTUALITÉS - AGENDA

Une installation de chauffage, cela s'entretient !

Les bons gestes pour entretenir et économiser son habitat

La performance énergétique représente l'aptitude à limiter la consommation d'énergie sans altérer le confort.

Comme pour tout système brûlant un combustible liquide ou gazeux, l'entretien annuel est obligatoire.

L'entretien annuel de l'installation de chauffage avant la saison froide garantit son bon fonctionnement et permet :

  • de réaliser en moyenne 10 % d'économie d'énergie, par rapport à des équipements de chauffage non entretenus
  • de prévenir tout incident éventuel,
  • d'assurer un rendement optimal de la chaudière,
  • d'augmenter la durée de vie du brûleur et de la chaudière,
  • de réduire les émissions polluantes.

> Un entretien régulier, c'est une chaudière qui dure 2 à 3 fois plus longtemps, 5 fois moins de pannes et 8 à 12 % d'énergie consommée en moins.

Un contrat d'entretien, c'est avoir l'assurance de l'intervention d'un intervenant compétent qui viendra chaque année pour nettoyer la chaudière, vérifier ses dispositifs de régulation et de sécurité, régler le brûleur et contrôler la combustion.

Ce contrat garantit un dépannage rapide de l'installation en cas de panne.

En outre, conseils et recommandations permettront de s'informer sur l'état de de de l'installation et d'envisager des solutions plus économiques et moins polluantes.

L'entretien, outil de performance énergétique

Un bon entretien permet de garantir un chauffage de qualité pour les meilleures conditions possibles de confort. Il préserve la qualité de l'air de la maison et limite les émissions de gaz à effet de serre tout en ménageant le porte-monnaie.

Remplacer une chaudière ancienne

> La chaudière a plus de 20 ans ? Remplacer une installation ancienne, c'est réduire sa consommation d'énergie de 15 % jusqu'à 30 ou 40 % en optant pour certains modèles basse température ou  à condensation.

Par exemple, remplacer une ancienne chaudière gaz traditionnelle par une chaudière gaz à condensation, c'est 6900 kg d' émissions de CO2 par an, l'équivalent en émissions d'une voiture effectuant 49000 km.

Réguler et programmer le chauffage

Un système de régulation du chauffage maintient le logement à une température choisie et peut faire économiser jusqu'à 10 %. La régulation est en effet conçue pour assurer ce bienfait au plus juste coût et sans gaspillage.

La régulation permet, dans le cas du chauffage à eau chaude, de faire fonctionner la chaudière dans des conditions optimales de rendement, et d'ajuster la température de l'eau qui circule dans les radiateurs.

Un système de programmation, en réduisant automatiquement la température la nuit ou quand la maison est vide, améliore encore ce résultat. À compléter par des robinets thermostatiques qui maintiendront la température choisie dans certaines pièces en fonction de leur occupation.

Une fois réglés, thermostats et régulation agissent pour le confort, la qualité de vie et l'environnement, sans oublier la facture.

Le programmateur garantit donc un confort de qualité, adapté aux besoins de chacun, sans risque de gaspillage.

> Régulation et programmation des appareils de chauffage c'est 5 à 25% d'économie d'énergie.

Ventilation et réglementation en vigueur

Pour les logements (collectifs ou individuels) postérieurs à 1982, la ventilation est une obligation légale. Elle doit être systématiquement entretenue. Elle doit satisfaire aux exigences suivantes :

  • l'aération doit être générale et permanente,
  • la circulation d'air doit se faire depuis des entrées d'air (pièces principales) jusqu'à des sorties (pièces de services).
  • Des débits réglementaires sont exigés. La façon la plus sure de les obtenir est d'installer une ventilation mécanique contrôlée (VMC).

5 minutes suffisent pour aérer chacune des pièces d'un logement. Au-delà, les déperditions de chaleur sont de 20%.

Des gestes simples pour des économies d'énergie chaque jour.

  • En préférant une température ambiante de 19°C dans les pièces à vivre et de 16°C dans les chambres. Un degré en moins, c'est 7 % d'énergie économisée.
  • En réglant la température de l'eau chaude sanitaire entre 55°C et 60°C. Elle sera suffisamment chaude pour éviter le développement des germes pathogènes, et pas trop chaude pour limiter l'entartrage du chauffe-eau.
  • En empêchant la chaleur de s'échapper : volets fermés la nuit et rideaux tirés pour isoler les vitrages.
  • En préférant les douches aux bains. Ces derniers consomment 4 à 6 fois plus d'eau chaude.
  • En baissant la température du chauffage lors d'une absence prolongée et en mettant le chauffage en mode « hors-gel » en cas d'absence pendant plusieurs jours.
  • En fermant les vannes des radiateurs pendant l'aération des pièces...