ACTUALITÉS - AGENDA

CEE Coup de pouce, un peu d’oxygène pour les entreprises : report du délai d’achèvement des travaux au 30 novembre 2021

Le ministère de la Transition écologique vient d’annoncer hier soir (Source : Batiactu/AFP) le report du délai d’achèvement des travaux « Coups de pouce CEE » du 30 septembre au 30 novembre 2021 (pour les devis signés avant le 1er juillet 2021).

Le SYNASAV avait alerté officiellement les pouvoirs publics dès le 30 avril dernier par courrier au Ministère de de la Transition écologique, sur la situation extrêmement préoccupante des entreprises eu égard aux effets pernicieux de l’anticipation de l‘arrêt du CEE « Coup de pouce chauffage » imposant la fin des chantiers au 30/09/2021. Le Ministère, en acceptant un report de deux mois avec une nouvelle échéance au 30 novembre permet de diminuer quelque peu l’extrême pression que subissent les entreprises prisonnières de devis signés avec leurs clients sur la base d’une règle du jeu qui a changé en cours de route.

Cyril Radici (Secrétaire général du SYNASAV) : « Il faut se réjouir que les pouvoirs publics commencent à prendre la mesure des difficultés que rencontrent nos entreprises avec ces changements d’échéances qui fragilisent à la fois l’équilibre économique des entreprises et la crédibilité de ces dernières vis-à-vis de leurs clients.

Pour nous, le report au 30 novembre c’est un signe très positif adressé par les pouvoirs publics, est-ce que c’est suffisant ? Non ! A minima, un report au 31/12/2021 semblerait un compromis acceptable par toutes les parties prenantes. C’était d’ailleurs la demande initiale du SYNASAV formalisée par un courrier cosigné le 3O avril dernier par le Président du SYNASAV Roland Bouquet et Emmanuelle Cosse, Présidente de l’USH.

Je rappelle que quand les pouvoirs publics ont décidé une anticipation de 3 mois de la fin du Coup de pouce chauffage, pour tenter de massifier les réceptions de travaux, les sociétés de maintenance se sont retrouvées avec des échéanciers intenables, faute d’une main d’œuvre suffisante et sans la garantie de pouvoir disposer de toutes les pièces nécessaires en temps et en heure.

N’oublions pas qu’aujourd’hui les sociétés de maintenance interviennent dans un contexte extrêmement contraint, avec des plans de charge à saturation. La filière souffre depuis près de dix ans d’une pénurie des vocations et le renouvellement des postes de techniciens est à peine assurée, alors même que la croissance du marché supposerait de renforcer les équipes.

À cette pénurie de techniciens s’ajoute l’absentéisme lié aux cas contacts et aux personnels malades, et alors que dans le même temps, la nécessité de rattraper les travaux interrompus lors du confinement stricte de mars à mai 2020 a saturé les équipes pendant plusieurs semaines lors de la reprise des activités.

Enfin, le contexte nécessite toujours la mise en œuvre de protocoles assurant la sécurité des occupants des logements et des techniciens. La mise en œuvre de ces process et le recours aux EPI allongent très sensiblement les temps d’intervention.

Et pour couronner le tout, les approvisionnements en pièces et en équipements sont en forte tension, certains fournisseurs parlent même de ruptures d’approvisionnement sur des pièces telles que les puces électroniques.

La situation nous préoccupe donc beaucoup. Le SYNASAV reste mobilisé sur le sujet.